Nous avons 25 invités et aucun membre en ligne

 


Les origines du Grand Orient de Luxembourg

GolLa franc-maçonnerie « spéculative » est née au XVIIIème siècle en Angleterre. Elle prend la suite de la maçonnerie « opérative » ou « de métier » qui réunissait des groupes d’ouvriers et d’artisans, notamment, dans le domaine de la construction monastique ou communale. La maçonnerie « spéculative » réunit des hommes et des femmes étrangers en général aux métiers de la construction. Toutefois, de façon symbolique, le maçon « spéculatif » oeuvre à la construction du « Temple idéal ».

 

 

 

1729 - Il est fait mention d’une franc-maçonnerie à Luxembourg.

1763 - Installation de loges militaires dont les officiers sont anglais ou écossais.

1789 - 1814 - L’arrivée des troupes révolutionnaires françaises, puis l’avénement de Napoléon Bonaparte, marquent la période où se crée la Loge Les enfants de la Concorde Fortifiée qui reçoit ses lettres patentes du Grand Orient de France. Elle est issue des loges La Concorde et La Parfaite Union. A partir de 1815, elle est rattachée au Grand Orient des Pays Bas.

1814-1830 - La période prussienne voit la naissance de Grand Duché de Luxembourg et la création de la loge militaire prussienne Friedrich zur Vaterlandsliebe puis la Loge Blücher von Wahlstatt qui reçoit ses lettres patentes de la Grande Loge nationale des Trois Globes de Berlin.

1926 Naissance de la Grande Loge de Luxembourg.

L’après guerre 39-45 voit la maçonnerie luxembourgeoise se partager entre la maçonnerie adogmatique héritée des Grands Orient de France et de Belgique et la maçonnerie héritée de la Grande Loge Unie d’Angleterre. C’est ainsi que le 26 novembre 1959 est créé le Grand Orient de Luxembourg par des Frères de l’atelier l’Espérance attachés à la laïcité et à la libre pensée. Cette première période se termine en 1968 où le Grand Orient de Luxembourg se met en sommeil. La loge l'Espérance reprend ses travaux en automne 1969 comme l'Espérance - indépendante et souveraine.

Le Grand Orient est réveillé le 2 octobre 1982. Il est composé des trois ateliers: L'Espérance, Liberté et Tolérance. C'est une obédience pluraliste car la loge Liberté est dès sa fondation un atelier mixte, certains ateliers masculins acceptent les sœurs visiteuses et, si toutefois ce cas n’existe pas encore, il pourrait y avoir des ateliers purement féminins.

Le 17 octobre 1987, l'Espérance donne naissance à l'Atelier Tradition et Progrès.

La loge l'Espérance quitte le Grand Orient de Luxembourg en 1990.

La loge Licht und Warheit, à l'Orient de Bonn rejoint le Grand Orient de Luxembourg en 1991.

En 1999, la loge Carpe Diem, à l'Orient de Heidelberg et en 2000, la Loge Montaigne, à l'Orient de Liège (B) rejoignent le Grand Orient de Luxembourg.

Le 22 janvier 2005, les loges Fiat Lux, à l'Orient de Leeuwarden (NL) et Ruwe Kassei, à l'Orient de Gand (B) rejoignent le Grand Orient de Luxembourg.

Le 20 octobre 2005, les loges Diogenes à l'Orient de Turnhout (B) et La Fayette à l'Orient de Luxembourg ont été affiliées au Grand Orient de Luxembourg.

Le 10 octobre 2015, la loge Europe et Fraternité à l'Orient de Luxembourg a été affiliée au Grand Orient de Luxembourg.

Le 8 octobre 2016, la loge Socrate à l'Orient de Liège a été affilié au Grand Orient de Luxembourg.

D’autres Obédiences existent au Luxembourg comme la Fédération internationale du Droit Humain et la Grande Loge Féminine de France, dont le Temple du Grand Orient accueille des ateliers.